Connexion  \/  S'inscrire  \/ 

Connexion à votre compte

Créer un compte * * Champ requis

Le nom que vous avez saisi n'est pas valide.
Mot de passe non valide
Les mots de passe que vous avez saisis ne correspondent pas. Veuillez saisir votre mot de passe dans le champ 'mot de passe' et le confirmer dans le champ de confirmation.
Adresse e-mail non valide
Les deux adresses e-mail que vous avez saisies ne concordent pas. Veuillez saisir votre adresse e-mail dans le champ 'adresse e-mail' et la confirmer dans le champ de confirmation.


Actualité

LA DETECTION DES RESEAUX ENTERRES ET LE GEO-REFERENCEMENT

Détection des réseaux enterrés

En Côte d’Ivoire, certaines entreprises utilisent les voies souterraines pour l’implantation de leurs ouvrages et infrastructures notamment les fibres optiques, les câbles électriques et téléphoniques, les égouts, les canalisations d’eaux. Différentes méthodes de détection des réseaux existent au nombre desquelles, les détections par ondes, des inscriptions à l’intérieur des conduites qui sont lues par passage de caméra, l’utilisation de puces dans les nouvelles canalisations, etc. Toutefois, ces méthodes coûtent chères et ne permettent pas toujours de détecter correctement toutes les conduites. La méconnaissance de l’implantation de ces réseaux enterrés engendre chaque année de nombreux dommages. Comment y remédier ?

PRESENTATION DE LA SITUATION

Réseaux enterrés

Les réseaux actifs enterrés sont aujourd’hui indispensables à l’assainissement des villes, au transport de l’eau, de l’énergie (électricité, gaz, carburant, etc.) et des données numériques (téléphone, internet, TV, etc.). Ils participent ainsi, au développement économique des pays et améliorent la qualité de vie des populations. Cependant, nous pouvons constater en Côte d’Ivoire que les collectivités locales, les exploitants desdits réseaux, les entreprises en charge des travaux de réalisation/réhabilitations des réseaux (BTP, Télécom, …), rencontrent quotidiennement des difficultés de coordination et de partage d’informations. Cet état des faits est un danger permanent pour les populations et installations riveraines. Il n’est pas rare de constater des accidents lors de travaux à proximité de ces réseaux.
Comment remédier à cet état de fait ?

L'ACTION DU CNTIG DANS LA RESOLUTION DE LA PROBLEMATIQUE

Les Réseaux enterrés en Côte d'Ivoire

Le Comité National de Télédétection et d’Information Géographique (CNTIG), structure technique sous la tutelle de la primature de Côte d’Ivoire, spécialisée dans la détection non-intrusive et le géo-référencement de précision, continue de faire ses preuves dans plusieurs domaines d’activités, dont les réseaux enterrés par le développement d’applications géospatiales, la conception des cartes, la géolocalisation et bien d’autres activités.

Chaque année en Côte d’Ivoire lors de travaux (d’installation à proximité des conduites souterraines), de multiples endommagements se produisent sur les réseaux enterrés. Ils sont le plus souvent dus à une méconnaissance de la localisation des conduites. Afin d’aider à la localisation des parties méconnues des réseaux enterrés, le CNTIG dans le souci d’accompagner le gouvernement ivoirien dans son programme de développement, a initié un nouvel axe de recherche à travers la création d’un groupe de travail sur les réseaux enterrés (GTER). Cette initiative a regroupé pendant plusieurs jours, des acteurs pour réfléchir sur la question afin de trouver des solutions. Cette plateforme permet de résoudre la problématique de la gestion des réseaux souterrains en Côte d’Ivoire, notamment les fibres optiques, les câbles électriques et téléphoniques, les égouts, les canalisations d’eau, etc.

En effet, au terme de ces rencontres, le GTER a permis d’avoir le portail qui contient la cartographie des réseaux enterrés du pays, le mode de leur mise à jour ainsi que la réglementation et les bonnes pratiques relatives à l’enfouissement de chaque réseau souterrain sur le territoire national. Ce sont des outils mis à disposition des entreprises pour réduire les surcoûts financiers et temporels relatifs au déplacement de ces réseaux que nécessite à chaque fois, la réalisation d’une infrastructure du fait de la méconnaissance de leurs différents emplacements.
Toutes choses qui vont par ricochet, contribuer à réduire les coupures d’eau et d’électricité, l’interruption inattendu des appels, dues aux déplacements des réseaux souterrains lors des différents travaux d’infrastructures. C’est ici l’occasion d’inviter tous les acteurs économiques à s’approprier l’expertise du CNTIG pour le développement de leur entreprise.

Avec le CNTIG, la géoinformation est au cœur du développement

Newsletter

UA-166619382-1